31 août 2012

Le dernier voyage de Gabi, de Mohammed Habassi

Avec Cédric Tuffier et Pauline Vallès Moingeon
Mise en scène Pauline Vallès Moingeon
Au fond de la scène un immense écran de cinéma ; sur le plateau vide un comédien dans une vaste tunique à capuche d’un rouge très vif, avec un numéro matricule: 3515 écrit en blanc. L’homme, de père tunisien ayant émigré en France, avoue s’être retrouvé à Guantánamo puis dans l’au-delà après une mort affreuse. Soudain derrière l’écran paraît une silhouette de femme aux cheveux longs ; elle lui demande de raconter sa vie et de la revivre devant nous : ainsi pourra-t-il être véritablement en paix. Il accepte et le récit de son parcours peut commencer. Suit une analyse extrêmement fine et bien argumentée de ce que subissent dans notre pays depuis des générations les immigrés, ces individus souvent sous-évalués, tout juste tolérés, non pas intégrés quoique nécessaires pour effectuer des tâches que les hexagonaux répugnent à accomplir. Notez que jamais l’auteur ne cède à la colère, qu’aucune hargne ne l’habite, il est trop intelligent et trop véritablement humaniste ou simplement réaliste pour cela. Le monologue du prisonnier est entrecoupé d’interventions et d’encouragements de la femme derrière la toile. Il y a aussi des intermèdes détonants avec projections de mini-épisodes de films culte et musiques psychédéliques. Le comédien se livre à des danses-défouloirs convaincantes. Il reprend son récit dont on ne guette pas la fin tant il devient émouvant. On sort réconforté par la démarche de Mohammed Habassi ainsi que plein d’admiration devant la performance de Cédric Tuffier ; mention spéciale pour la gracieuse metteur en scène et partenaire, Pauline Vallès Moingeon.
La Manufacture des Abbesses, jusqu’au 6 octobre à 18 heures, du mardi au samedi inclus. Réservations : 01 42 33 42 03