13 août 2012

Les Précieuses Ridicules, de Molière

Mise en scène Pénélope Lucbert, par la Cie Savaneskise
Précieuses et ridicules ? Ces qualificatifs sont aujourd’hui inadéquats. Les nanas sexy sur scène ressemblent à des speakerines alias animatrices de télé avec voix plus ou moins râpeuses et qui hors antenne mâchonnent du chewing-gum censé rendre intelligent et aider à maigrir. Le guitariste nonchalant aux cheveux ébouriffés et lunettes noires qui officie à cour mâche aussi de la gomme.
A jardin un canapé à trois petites places ; Magdelon et Cathos, donneuses de leçons puisque femmes « libérées », pour ne pas dire authentiques garces - pardon mais il fallait l’envisager - le font basculer en arrière quitte à se retrouver au sol quand elles s’y jettent trop vite (une petite fumette ou un happy-hour de trop ?) Elles y accueillent l’un des deux prestigieux rockeurs-comédiens déjantés qui ont usurpé les identités de leurs maîtres: ces messieurs distingués alias La Grange et du Croisy qu’on a entrevus raides et en costumes de visiteurs médicaux ou embauchés temporaires pour cabinets immobiliers de banlieues. Dans leurs dos ça se met à danser, chanter, se déhancher. Boîte de nuit et lumières déchaînées... Ouais ! L’auteur incrimine les femmes : « Et vous qui êtes cause de tout ? ». Honnêtement, à ce stade nous nous en fichons joliment et pensons qu’il faut absolument que les collégiens ou lycéens qui ont Poquelin au programme commencent par aller voir cette version explicite, intelligente et jubilatoire de Molière. Une douzaine de comédiens évoluent ou cavalent sur scène, tous meilleurs qu’excellents.
Théâtre Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30. Réservations: 01 45 44 57 34.