14 octobre 2012

Regardez mais ne touchez pas ! de Théophile Gautier et Bernard Lopez

Mise en scène Jean-Claude Penchenat, assisté de Maria Antonia Pingitore
Le cheval de la Reine d’Espagne s’est emballé: il faut donc courir au secours d’Elisabeth Farnèse, femme sacrée puisque reine que nul n’a le droit d’effleurer. La jeune Dona Beatrix d’Astorga qui est de sa famille a promis sa main à l’éventuel et imminent sauveteur de la souveraine. La gracieuse Griselda, confidente des deux dames et jouant les intermédiaires, permet des rencontres nocturnes chez elle avec des séducteurs patentés. Pensez-vous vaudeville ? Erreur : c’est du genre « cape et d’épée » avec vraies capes, mini-masques, vastes chapeaux, légères barbes pour ces seigneurs et hidalgos fascinés par le pouvoir mais qu’un désir sensuel taraude. Leurs épées sont en pointillé car le régisseur, à sa table de travail, préfère évoquer le bruit d’un combat à l’aide d’objets de cuisine : ces vraies louches qu’il agite et cogne, et autres accessoires rigolos. Mais il peut aussi se chapeauter comme les camarades et vous la jouer souverainement sans ses lunettes de pseudo-myope. Ça déménage à nouveau. Les jeunes comédiens, parfaits danseurs, bondissent sur une scène où ils s’enjambent, s’effondrent mais dont ils se relèvent vite. Cependant que les jeunes dames plus que ravissantes continuent d’évoluer et de parcourir le plateau très gracieusement. Quel message? Une fin avec moralité serait- elle nécessaire ? Surtout non. Mais merci Monsieur Penchenat pour cette soirée hallucinante de vraie drôlerie.
Théâtre Lucernaire, du mardi au samedi à 21h 30, dimanche à 15 heures. Réservations : 01 45 44 55 34.