24 octobre 2012

Voyage, Voyages… d’après le roman de Laurent Graff

Adaptation Fred Bianconi, mise en scène Penchika Velez (assistée de Julien Reynaert), avec Fred Bianconi.
Partir, donc quitter ses proches, ses amis et ses amies, les vrais, les faux, fuir les lieux où l’on croupit… (Patrick est croupier dans un casino près de Caen, cité qu’il juge sinistre et dont il n’est surtout pas originaire) mais partir pour aller où, trouver ou retrouver qui ? Serait-ce seulement se trouver soi-même ? Un décor fait de tentures peintes ; au centre une rutilante valise rouge de recruteur-démarcheur qui va tenter de vendre et de se vendre ailleurs. Patrick l’ouvre et la referme ; il en extrait les objets qui lui seront nécessaires pour ce périple si énigmatique. En célibataire pratique, il avait commencé par repasser sa veste, et son fer, étonnamment, s’était mis à ressembler à une arme à la fois offensive et défensive. Le décor est inventif ; derrière chaque élément se réfugient des accessoires pratiques et explicites dont Patrick s’empare les uns après les autres : un fauteuil mou devient canapé, tous se transformeraient, mais lui reste le même. Partira-partira pas ? Il continue de se raconter ; un camarade (avec un aksègne du midi… puteigne !) vient essayer de comprendre sa démarche et tente de l’emmener voir ailleurs. Bianconi est parfait quand il se dédouble pour devenir cet intrus-là. Son jeu est physique, il bouge mieux que bien et se donne à fond. Mais comment et où son personnage va-t-il atterrir et pourquoi ? A la toute fin les lumières sont devenues quasi-infernales et le personnage déchire les tentures du décor. Merci à lui d’avoir choisi et adapté ce roman dérangeant et de nous le proposer si généreusement.
La Manufacture des Abbesses, jeudi, vendredi et samedi à 21heures, Dimanche à 17 heures.
Réservations : 01 42 33 42 03