21 novembre 2012

Renayates avec Houria Aïchi



Renayates avec Houria Aïchi: chant; Mohammed Abdennour : mandole et guitare; Smaïn Benhouhou : piano; Ali Bensadoun : flûte et Amar Chaoui : percussions.

Berbère chaouie, Houria s’est donné pour mission de rendre hommage aux femmes d’Algérie, ses ancêtres, dont les voix ont bercé son enfance et fait d’elle une passeuse et aussi une passerelle intemporelle, de celles dont les enfants encore dans le ventre de leur mère ont besoin pour commencer à aimer le monde. Même si cela n’a pas toujours été facile pour les femmes dans ce Maghreb si exigeant. Au centre du plateau, dans une légère robe blanche à volants, derrière son micro à grande hampe, elle est entourée par ses partenaires-musiciens, ses complices, ses frères et ces forcément amoureux d’une dame à l’énergie contagieuse. La salle vibre et applaudit chaque morceau. Ce peut être un rare solo de la chanteuse, ou une prestation mettant en valeur l’un ou l’autre des musiciens ou plusieurs d’entre eux à la fois. Les « you-you » fusent, et la salle s’est embrasée. Les lumières simples et les couleurs primaires qui s’impriment sur le rideau de fond sont devenues des écrins. Et Houria-la diva, de drôle devient émouvante quand elle se retransforme en une petite fille aux gestes courts, aussi instinctifs que gracieux. Les « you-you » sont suivis ou escortés de tonnerres d’applaudissements. Nous sortons en titubant de joie de cette salle mythique de l’Institut du Monde Arabe.  A vous de guetter la prochaine apparition sur scène de cette fascinante Houria Aïchi.