03 décembre 2012

Amours et Feydeau

Amour et piano, Feu la mère de Madame, les Pavés de l’Ours de Feydeau, mis en scène (plus chansons) de Léonard Matton. Avec Roch-Antoine Albaladejo, Stéphanie Bassibey, Ludovic Laroche, Nicolas Saint-Georges.
Vous vous êtes dit : un Feydeau de plus, bon… du genre triptyque ou tiercé, d’accord… durée : une heure trente, parfait ! Et puis vous vous étiez préparés à vous esbaudir tant la cruauté à peine masquée de celui qui dissèque les relations d’un couple de bourgeois moyens est réjouissante. Vous n’aviez pas forcément prévu que l’équipe composée de trois comédiens et une comédienne interprétant tellement de personnages avec déguisements ahurissants carambole dès le début, que ça pétarade ensuite, que les décors se transforment de façon carnavalesque : mardi gras, nous voilà ! Et encore que tout se débobine et se rembobine. Le piano sort d’un tiroir minable pour y retourner incognito, la comédienne est une soprano lyrique de qualité mais très vite une diva en tenue sublime. L’Ours, à l’accent belge irrésistible… ‘eunnnn’ fois’… crache non pas dans le potage, mais partout où domestique non domestiqué, il officie, c’est à dire surtout pas à l’office. Il balance un poulet cuit sur la mini-table à tréteaux devenue celle de la salle à manger de ses maîtres en pleine crise conjugale. Assis au premier rang de ce charmant théâtre si joliment montmartrois, vous risquez de recevoir en pleine figure les poussières propulsées par le balai d’un domestique zélé ; les domestiques étant des faux-vrais confidents mais surtout nos premiers chéris au théâtre depuis l’ère d’avant Molière. Cette soirée vous ravira et vous n’aurez que du bien à en dire.
Ciné XIII Théâtre, du mercredi au samedi à 21h30, dimanche à 17h30. Location : 01 42 54 15 12 et www.ciné13-theatre.com