08 décembre 2012

La ballade de Mrs Blondie et de son chien Billy dans New-York la nuit

D’après William Shakespeare, John Dos Passos, Richard Wright et quelques autres.
Texte et mise en scène d’Agathe Alexis, avec Jaime Azulay, Emmanuelle Brunschwig, Hanno Burger.
Dans la petite salle si chaleureuse une légère fumée vous accueille, elle rend tout flou à part le torse nu de l’homme immobile prodigieusement musclé qui vous tourne le dos. Sur le plateau à jardin une chaise et un fauteuil à cour, et c’est tout. Après que leur camarade équilibriste nous ait coupé le souffle et envoyés au tapis grâce à son numéro défiant l’espace, le temps, l’imagination, débarquent deux comédiens. Blondie est une jolie jeune femme avec de vrais-faux airs de Zizi Jeanmaire, des cheveux très courts, une robe rouge collante fort décolletée ; son chien Billy est un long gaillard mince dont on comprend vite que c’est un danseur. La Ballade de Mrs B. et de son chien-chien peut commencer. Ils vont se tomber dans les bras, danser ensemble, se faire des vraies-fausses confidences et des scènes de gamins genre à la récré et dire des bribes de textes d’auteurs fameux, de philosophes incontournables, dont des anglophones avec en poupe un certain William Sh. Cela ne vous surprendra qu’à moitié puisque vous avez compris qu’à l’origine de ce spectacle il y a des séances de « cours de théâtre » avec travaux pratiques alias improvisations et passages sur scène, minutés. Agathe Alexis vous le concède. Succession de sketches, mais re-débarque le magicien acrobate devenu un monsieur « black » à l’adresse toujours aussi effarante. On re-jubile. Comment tout cela pourrait-il se terminer ? Par la suppression, donc la mort d’un des protagonistes. Bien vu, bien joué ! Nous ne vous avions pas dit que le thème proposé aux comédiens pour les impros  à la base de ce collage était le racisme, pardonnez-nous !
Théâtre de l’Atalante, lundi, mercredi, vendredi à 20h30, jeudi, samedi à 19h, dimanche à 17 h. Réservations : 01 46 06 11 90