06 décembre 2012

Une semaine… pas plus !

De Clément Michel, mise en scène Arthur Jugnot et David Roussel, avec Arthur Jugnot, Maud Le Guénédal, Stéphan Guérin-Tillé
Deux hommes et une femme plus que séduisante, mais pas dans le coup puisqu’elle n’a pas compris qu’elle n’est plus qu’un prétexte, malgré ses jolis cheveux, jambes, robes etc. Et pour cause : son Paul de mari a décidé d’héberger chez eux un très cher ami, ce Martin officiellement 'veuf' de sa mère-à-lui et donc dévasté par la douleur. Or c’est en vérité pour quitter sa SÔphie (puisque c’est ainsi que les comédiens prononcent son prénom). Ménage à trois plus vicelard que chez des Feydeau-Labiche. Dans un décor avec bibliothèque aux étagères chargées, canapé forcément déployable pour les ébats que vous imaginez, on se jette tout à la tête et puis on récupère ce tout, tentant de le ranger et remettre en ordre. Balle de match : c’est reparti… La dame est toujours aussi sexy, mais ces messieurs sont de plus en plus décalés, et en font déjà quinze tonnes. Vous vous dites : mascarade sur-jouée, 'café-théâtre' primitif ? Vous n’avez probablement pas tort, même si la mise en scène signée par le patron du théâtre et acteur principal : ce facétieux Arthur Jugnot, est astucieuse. Ce soir-là aux Béliers, avant même la première réplique, de jolies spectatrices hystériques hurlaient de rire. Allez essayer d’y faire de même, mais notez aussi que le dimanche, à 18 heures dans ce séduisant théâtre montmartrois se donne la si bonne « Nuit blanche chez Francis ». Et que le dimanche est également programmé « Le roi nu » ; Andersen oblige.
Théâtre des Béliers parisiens, du mercredi au samedi à 21 heures, samedi à 17 heures, dimanche à 15h30. Réservations : 01 42 62 35 00 et www.theatredesbeliersparisiens.com