22 février 2013

Dialogue d’après « Les ennemis complémentaires » de Germaine Tillion

Adaptation et mise en scène de Jean Quercy, avec Sophie Millon, Fatima El Hassouni, Niddal El Mellouhi, Eric Auvray.
Germaine Tillion est cette ethnologue née en 1907 qui vécut cent ans, et ce spectacle s’apparente à un ‘théâtre documentaire’ qui veut nous faire comprendre ce que période coloniale signifiait. Donc nous revoilà à une époque où les conflits entre États africains font la une des journaux, plongeant leurs lecteurs dans des perplexités aussi cruelles que celles des journalistes qui ne communiquaient alors avec leurs rédactions que grâce au téléphone. Germaine Tillion s’est passionnée par ce qu’elle a découvert en Algérie chez ceux dont elle a tenu à maîtriser la langue dans une région où le Front de Libération Nationale organisait des attentats contre les européens. En « métropole » on torturait et guillotinait en masse les suspects de rébellion. Germaine veut d’abord sauver les vies de ses contemporains qui sont ses frères et sœurs, car « comprendre ce qui vous écrase c’est peut-être cela qu’on peut appeler exister ». Jusqu’au bout cette femme à l’énergie et au courage ahurissants aura autant d’humour que de tendresse. Mini-saga, cette pièce est donnée dans un lieu inspiré, la mise en scène et en espace et les éléments de décor sont parfaits. Sophie Million dans le rôle de Germaine a des vrais-faux airs de Simone Weil. Fatima chante à ravir, comme le fait aussi son fascinant partenaire Niddal. Eric Auvray, lunetteux raisonnable alias journaliste, gouverneur de province française et président de tribunal rabat-joie fait en sorte qu’on l’aime. Philippe Varache responsable de la scénographie, du décor et des costumes est touchant tant il est amoureux de ce qu’il fait.
Crypte Saint-Sulpice, le mercredi, jeudi et samedi à 20h30 jusqu’au 24 mars. Contacts et réservations au 01 49 26 09 95.