17 février 2013

Georges Dandin ou le mari confondu, de Molière

Mise en scène de Mathieu Penchinat. Avec Philippe Baron, Julie Méjean, Sylvère Santin, Julien Testard, Anne Juliette Vassort
Mari confondu, pour ne pas dire cette autre chose avec terminaison en-u.  La pièce classée parmi les « grinçantes » de l’auteur a pourtant été voulue par lui comme un « grand divertissement royal ». Fallait-il un parti pris déjanté pour la donner au Lucernaire ? C’est chose faite dans une mise en scène et un décor résolument gaguesques. Les comédiens sont hyper-dynamiques : ils et elles jouent et se la jouent très ‘physique’ dans un décor farcesque. On ne vous rappellera pas la déconvenue de Georges, paysan au flair l’ayant fait devenir un nanti et qui vient de troquer une fortune récente contre un titre de noblesse dû à une épouse aristocrate, mais avec des beaux-parents qui le méprisent plus que cordialement. Arrive ce qui devait : leur fille refuse de consommer leurs noces avec Dandin et se jette voluptueusement dans les bras de son amant habituel dès que le mari a le dos tourné. Ayant pourtant tout tenté pour que Monsieur et Madame de Sotenville viennent à sa rescousse, Georges finit par jeter l’éponge et déclare vouloir plonger « dans l’eau la tête la première ». Rideau. Le metteur en scène fait évoluer son équipe dans une  vraie-fausse mini maison de poupée avec toit où tous s’enfournent pour en émerger régulièrement à quatre pattes et gagner en douce la coulisse de secours au fond du plateau. Répétitif, cela fait rire un petit peu moins à chaque fois. Mais sifflet et suite du match : tout est reparti pour un tour. Sifflet-stop ! C’est avec un demi-sourire aux lèvres que vous prenez le chemin de retour de ce Lucernaire tant apprécié. Mais que dire de ce spectacle aux passionnés de théâtre ?
Lucernaire, Théâtre Rouge, du mardi au samedi à 18h30, jusqu’au 30 mars. Réservations : 01 45 44 57 34 et www.lucernaire.fr