25 mars 2013

La Valse des Matadors de Natalia Finzel Romanova

Comédie en trois actes
Mise en scène Olindo Cavadini, avec Françoise Dehlinger, Sofia Efraimsson, Sarah Ginevra, Amelie Guillot, Jeaninne Milange, Valentin Terrer
La chose se veut tumultueuse et dénonciatrice de ces travers qui font des acteurs et actrices des êtres hyper-narcissiques, donc grotesques. Les comédiennes sur-jouent (style ancienne «comédie-fran-ç-aî-aî-aî-ze») à en donner le vertige, elles cabotinent. Cela aurait pu être drôle ou simplement rigolo, mais ce texte même au degré zéro- pointé est une démarche qui laisse perplexe. Le pitch ? Nous sommes dans la loge d’un théâtre où se donnera dans trois semaines une pièce existentielle en trois actes, actuellement en répétition. Et c’est là que les vraies choses se disent avec règlements de comptes entre théâtreuses et le commentaire intelligent mais sulfureux de leur unique partenaire masculin. Entracte annoncé, ouf ! Sonnerie : c’est reparti : nous tournant le dos, tous rejoignent le plateau. On se demande à nouveau si une conclusion intéressante peut être envisageable. Les costumes superbes sont du genre déguisements, mais les accessoires pléthoriques sont réalistes. Cette salle d’attente, alias loge de théâtre, que les cinq ‘elles’ et leur seul ‘il’ (Valentin Terrer remarquable comme toujours) vont déserter pour aller faire leur numéro sur le plateau, est jonchée de boîtes des pilules dont tous se sont gavés pour avoir « la pêche ». Stop ! La metteur (e) en scène qui en a déjà plus qu’assez menace de démissionner ; notez qu’elle a perdu le texte du troisième acte dont elle n’avait pas envisagé de faire un double : donc il va falloir improviser. N’en jetez plus. Allez voir cette 'Valse' et assurez-nous que nous n’y avons rien compris.
Théâtre du Nord-Ouest jusqu’au 20 juin. Dates et réservations: 01 47 70 32 75.