21 mai 2013

En attendant Gaudon, de Benjamin Dang

Mise en scène : Benjamin Dang, avec Célia Clayre
Costumes Yoann Mouchonnet
Sur le vaste plateau deux chaises blanches et côté cour une coiffeuse à tiroir et miroir à trois pans. Un, deux, trois ! Débarque une suave jeune comédienne en combinaison noire soyeuse, chaussée d’escarpins clairs aux talons vertigineux. Elle parle et n’arrêtera pas de le faire pendant… mais vous n’aurez jamais regardé votre montre. Ce qu’elle dit, raconte ou nous «balance», souvent énervée ou horripilée quitte à devenir horripilante, sont les états d’esprit voire d’âme d’une collégienne prolongée devenue femme fatale qui répond à ses partenaires de tous genres. Cocasseries et excellentes astuces de mises en espace. La ravissante a maintenant revêtu une somptueuse robe plus que décolletée et dont elle est certainement amoureuse : vous pensez de la robe ou de son auteur le costumier ? «Comment allez-vous ?» est son leitmotiv qui finit par devenir rigolo. C’est reparti pour des tours et des tours. La comédienne s’approche des spectateurs, les regarde dans les yeux, arpente la salle, monte et descend les escaliers. Cette ravissante aux gestes gracieux parle, parle, parle… alternant toujours demandes et pseudo-réponses. Elle danse aussi et finit par remonter le grand escalier central menant à la sortie, finalement devenue une nouvelle Julia Roberts, « pretty lady » air qu’elle chante délicieusement. Ses spectateurs qui ont fini par ne plus se demander qui était son Gaudon (riguaudon ?) la rappellent.
Théâtre du Nord-Ouest, dans le cadre de Paroles d’Aujourd’hui, jusqu’au 23 juin, dates et réservations : 01 47 70 32 75.