09 mai 2013

Marie Tudor, de Victor Hugo

Mise en scène Pascal Faber, avec Pierre Azéma, Stéphane Dauch, Christophe Borie, Pascal Guignard, Flore Vanier-Moreau, Frédéric Jeannot, Florence Le Corre, Séverine Cojannot, Sacha Petronijevic
Reprise d’un spectacle qui a ravi ses nombreux publics, que les critiques ont décrété généreux, drôle, autant qu’inclassable. Nous étions prévenus : « Comment Hugo voudrait-il que sa Marie Tudor soit montée aujourd’hui ? » lit-on dans un excellent dossier de presse que vous pouvez consulter sur l’Internet. Côté technique cela donnerait plutôt : « cachots repliables, un tapis à ré-enrouler, un siège-faux trône, des pans et encore des pans de tissus, des rideaux, un lecteur CD ou MD avec auto-pause ». Tout commence et se poursuivra longtemps dans une pénombre aussi jolie qu’inquiétante avec au départ un seul projo central bleu intense. Vos messieurs sont en costumes et chaussures vingt et unième siècle, avec sur l’épaule droite une longue écharpe pendante, du genre à la romaine. Les dames sont en robes, l’une rouge-passion l’autre blanche-pureté. Donc Marie Tudor souveraine qui devrait être exemplaire (hum !) a un amant : Fabiano Fabiani et des serviteurs ainsi que des seconds couteaux avec de vraies dagues. Bruits d’orage encore et encore. La seconde dame, jeune et très blonde est du genre ingénue. Qui est-elle par rapport à cette Marie ? Vous aurez vite compris que cette saga rocambolesque est aussi un embrouillamini ronflant, mais bon, c’est votre Totor à l’âge de trente-et-un an, n’est-ce pas ? ‘Drame populaire’, elle est donc digne d’un feuilleton-télé. La comédienne principale vous la joue parfois à la Feydeau-Labiche, mais pourquoi pas ? On reprend… non, on ne reprend pas : nous sommes conscients de ne pas vous avoir donné envie d’aller applaudir ce spectacle du genre : « Marie, tu dors, ton moulin va trop vite… » puisqu’il vous confisquera pendant près de deux heures.
Lucernaire Théâtre Noir. Du mardi au samedi à 21h 30, dimanche à 17 heures. Réservations : 01 45 44 57 34 et www.lucernaire.fr