20 juin 2013

Le médecin malgré lui, Los Angeles 1990

Molière - texte intégral
Mise en scène Aurélien Rondeau et Quentin Paulhiac
Dix comédiennes et comédiens parfaits dans une mise en scène avec scénographie inventives et divertissantes, sur le plateau de la Salle Rouge au Lucernaire. Et nous de rugir très vite parce que des détritus, gravats et autres ordures sont posés sur la scène, et de nous souvenir que le théâtre c’était autrefois quelque chose du genre ‘art sacré’ et que Los Angeles fait référence à des anges. Ici vous n’aurez que des démons rigolos, qui feront s’esclaffer les spectateurs. Le soir où nous avons assisté à ce divertissement un gamin peut-être scolarisé dans un collège Molière, et fils ou petit-fils de comédien, ne cessait de commenter… Notez que cela ne gênait personne et que tous continuaient de hurler de rire. Notez aussi que cela fait quatre ans que ce spectacle tourne en France et même ailleurs et qu’il a été représenté plus de 300 fois et régulièrement en milieu scolaire. Qu’est-ce donc qui les ravit tous ? la dérision et les gags, le fait qu’une comédienne désopilante joue plusieurs rôles, dont celle de la fille muette, qu’une autre plus hardie ait l’allure d’une p’tite dame de Pigalle, que certains personnages adoptent des accents étranges ou étrangers, que tous se retrouvent régulièrement au tapis, plus au propre qu’au figuré du reste, que ça cogne et ça braille, et que finalement cela ressemble à un numéro de cirque ? Nous avouons être resté perplexe, même s’il n’est pas désagréable de faire partie d’un public enthousiaste. Salut Poquelin version pocket !
Théâtre Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30. Réservations: 01 45 44 57 34