21 août 2013

Le Journal d’une femme de chambre, d’Octave Mirbeau

Mise en scène Nicolas Luquin, assistant Leman Jovanovic, costumes Frédéric Morel
Avec Isabelle Hollensett.
Mirbeau est le dénonciateur des toutes sortes d’injustices, et de mystifications, et bien sûr des religions qui dissimulent voire bénissent tout ça. Il fait se désenchaîner puis se déchaîner une femme dite « de chambre » comprenez une femelle de caste inférieure vouée à faire la révérence devant un patron, une patronne qu’elle connaît plus qu’intimement puisqu’elle leur sert de serpillière. Célestine (prénom pour sainte femme n’est-ce pas?) au cœur de tout cela nous le conte dans la version théâtrale du roman d’Octave. Isabelle est belle, pulpeuse et élégante et se démarque tout à fait de ces gravures datant de l’époque de l’auteur qui nous montrent une femme en bout de parcours au dos déjà courbé et qui ne pourra prendre aucune retraite. Mais les patrons auront la charité de la faire inhumer dans un caveau public près de la chapelle aristocratique dominant toutes les autres du cimetière. La comédienne, elle, évolue dans un décor avec à cour un lit sommaire et à jardin une petite table qu’elle garnit d’assiettes et de couverts. Et puis en coulisse elle ôte ou remet et renoue son tablier blanc. Noirs successifs : le lit a été remisé, et une autre bête de scène prend le relais de la servante. On vous fera grâce de la suite et du personnage de Joseph avec lequel elle tentera de… mais une fois de plus vous aurez été bluffés par cette comédienne déjà souvent admirée dans des rôles et des pièces majeures au Théâtre du Nord-Ouest. Et vous aurez apprécié la mise en scène et en espace aussi sobre qu’ingénieuse.
Théâtre du Nord-Ouest, en alternance dans le cadre des Grands Chefs-d’Œuvre jusqu’au 27 octobre. Dates et réservations : www.theatredunordouest.com : 01 47 70 32 75