14 septembre 2013

Homme et galant homme, d’Eduardo De Filippo

Texte français d’Huguette Hatem
Mise en scène de Patrick Pelloquet
1926 : Première à Naples de cet « Uomo et galantuomo » que Paris vient de découvre dans une version française fascinante. La pièce dure le temps de vous faire hurler de rire, même si son démarrage est plutôt lent. Les dix comédiens dont certains jouent plusieurs rôles conquièrent vite leur salle et l’histoire-scénario se fait plus que rocambolesque à chaque épisode ou à chaque scène. Les décors astucieux tournent comme des manèges et sur la scène il y a immanquablement cette femme, casserole à la main qui active sa cuillère dedans : il lui faut nourrir ses comédiens faméliques, toujours en tournée. Ça tourne et retourne : le monsieur sur le retour aux cheveux longs mais haut du crâne dégarni et voix de maître d’école d’autrefois ; le jeune et mince aristo en costume trop blanc ; la jeune et jolie dame aux dents longues et au bord d’accoucher, voyez ce ventre effarant (pour triplé-(es) ?) ; et la vieille dame au dos à 45 degrés par rapport à son devant. Bien sûr, une fois encre il ne serait pas bon de vous dire ou de vous rappeler tout ce que ce phénomène d’Eduardo est capable de déclencher. Mais en cette 'rentrée' vous serez enchantés de retrouver votre théâtre 14 offrant un tel festival.
Théâtre 14 jusqu’au 26 octobre : mardi, vendredi et samedi à 20h30, mercredi et jeudi à 19 heures, matinée samedi à 16 heures. Réservations : 01 45 45 49 77.