24 octobre 2013

Jean Martin ou la vie normale, de Benjamin Bellecour et Pierre Antoine Durand

Avec Clément Auber, Jacques Bourgaux, Anne Mihalcea, Arnaud Pfeifer, et la voix de Philippe Laudenbach.
Vous portez un nom dit ‘de famille’ peu franchouillard et rêvez de vous appeler tout simplement Dupont, Durand, voire Martin. Normal pour cet Amine, charmant Serbe débarqué en France où il rêve de vivre, et de faire carrière (mais dans quoi ?), du moins c’est ce qu’il croit et nous fait croire. Mais il faudra d’abord qu’il se débarrasse de son accent exotique, envisage une routine, et aussi qu’il mette de côté ses souvenirs ; bref qu’il se normalise. Le départ de la pièce est réjouissant, son rythme séduisant, les comédiens fascinants. Les gens qu’il rencontre sont des «originaux», tel cet homme qui rêve de l’Inde et s’y croit peut-être, et cette jeune femme séduisante, pour laquelle... mais n’anticipons pas. La toute fin n’arrivera qu’après des péripéties loufoques, allant dans tous les sens mais vous faisant rire, tandis que les comédiens évoluent sur une scène où s’entassent et se font déménager des coffres. Zappons, tant les épisodes sont cocasses ou inracontables. Vous rêviez d’une fin souhaitable : hmmm… La jeune dame est très enceinte mais elle n’est plus vraiment folle du futur père de son rejeton (rejetonne), et le Serbe a perdu son accent mais gagné quoi ? Vous pensez queue de poisson : voire !  car il arrive qu’il y ait des petits oiseaux dont les ‘cui-cui’ forcément adressés au ciel et à ses habitants vous font sortir du théâtre en sifflotant. Et puis la compagnie qui présente ce spectacle se nomme « Mise en capsule », alors…
Ciné XIII Théâtre, du mercredi au samedi à 21 h30, location : 01 42 54 15 12.