07 décembre 2013

Bac à sable, de Michal Walczak

Mise en scène d’Ewa Rucinska, avec Simon Jeannin : LUI, et Ewa Rucinska : ELLE.
Les mères tricotaient ou échangeaient des confidences soulageantes avec d’autres mères, avaient déposé leurs enfants dans des bacs à sable d’où elles étaient obligées de les sortir quand ça criait trop fort et qu’il y avait batailles de pelles, mais elles ramenaient leurs bambins le jour suivant et tout recommençait. Ici les mères ne sont pas là et les bambins sont devenus des gamins ou des adolescents, mais toujours aussi soucieux de ne pas se faire mal comprendre, mal entendre ou prendre pour des minus. Mais le sable leur coule entre les doigts et représente le temps qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais. Ewa Rucinska réalise une mise en scène simple et troublante utilisant la porte à jardin pour disparaître et laisser son partenaire (LUI) endosser un blouson, traverser et retraverser la scène et continuer à ressasser ses problèmes dont il ne sait pas qu’ils sont existentiels, à dire aussi ses doutes quant à la qualité des relations qu’il entretient avec ELLE. Il parle à toute vitesse, boulant presque son texte mais fascinant. ELLE entre et sort, changeant de robes et pantalons à chaque fois et devenant de plus en plus sexy sans le savoir non plus peut-être que le vouloir, et finalement élégante avec chaussures à talons hauts. Les lumières sont perturbantes tant elles changent subitement, gagnant brusquement en intensité, et le temps peut alors se laisser bousculé et nous avec. Les cadres de bois qui délimitent le bac sont empilés, désempilés, recadrés, rapprochés. Ils deviennent les murailles d’un château médiéval : « qui va là ? Halte-là ! ». Ils finiront par devenir de simples bancs mis bout à bout prêts à recevoir peut-être des élèves, au sortir du bac et promis à cet autre bac, sans lequel rien de sérieux ne serait envisageable, du moins chez nous, paraît-il. Il ne serait pas sérieux que vous n’alliez pas à la Manufacture aimer le travail si réussi de ce couple pourri de talents et plus que bluffant.
Manufacture des Abbesses, à 19 heures du mercredi au samedi, jusqu’au 28 décembre. Réservations : 01 42 33 42 03 et www.manufacturedesabbesses.com.