15 février 2014

Le jour où je suis devenue une chanteuse black

De Carol Devismes et Thomas Le Douarec, mise en scène de Thomas Le Douarec, avec Lauri Lupi et Carole Devismes.
Le titre vous aurait-il intrigué ? Elle paraît à jardin sous une masse de cheveux clairs mais crépus. Sa robe moulante et plus que courte laisse admirer des jambes sexy. Mais elle en changera - de robe - comme elle changera de presque tout pour se transformer en monstre plus que sacré à la perruque gigantesque frôlant les cintres. Le pianiste, installé à cour derrière son instrument masqué par une image du genre portrait sommaire et colorié d’un Tapu-Maori, se cache derrière d’immenses lunettes noires cerclées de blanc (vous aviez dit black and white ?) Il est aveugle, mais ne vous inquiétez pas il ne tombera pas dans la fosse d’orchestre, d’abord parce qu’il n’y en a pas dans ce théâtre. Elle chante dans un anglais remarquable, forcément puisqu’elle est née en France face aux îles de notre ennemi héréditaire. Profs, emmenez vos élèves admirer deux remarquables comédiens-musiciens se lancer la balle dans une mise en scène rapide et facétieuse. Une fois encore on ne vous livrera pas la fin de l’aventure… au théâtre une histoire pareille ne peut pas avoir de fin et on ne vous révèlera pas que le pianiste qui chante en anglais tout aussi épatamment que sa partenaire, debout et une fois ses lunettes ôtées avoue ne surtout pas être noir. Tout a donc carambolé, mais c’était fait pour, et aux saluts vous avez une folle envie d’étreindre ces monstres sacrés - alias sacrés montres.
La Manufacture des Abbesses, mardi et mercredi à 21 heures, lundi à 19 heures 45. Réservations : 01 42 33 42 03.
Ce spectacle se donne jusqu’au 3 mai à des horaires différents. Surtout ne le manquez pas.