03 mars 2014

On faisait rire les mouches, de Sergio Longobardi

Avec sur scène Sergio Longobardi et Michael Nick
Seule « La Bohème » qu’habite l’esprit depuis tant d’années pouvait revendiquer une partition aussi veloutée que succulente. Notez que cette petite salle des Déchargeurs accueille chaque semaine des passionnés de poésie et qu’elle devient alors « Cave à poèmes ». Cette fois-ci elle est le lieu des confidences d’un fils à son géniteur. Elles coupent le souffle et les mouches peuvent pulluler en volant et rigolant. Le comédien, plus qu’expressif et charnel, et qui aurait inventé la commedia dell’arte si on le lui avait demandé, fait mine de jouer d’un instrument à vent. Son accent italien très prononcé nous enverrait dans les cintres ; quant au musicien jeune et beau, il joue angéliquement de ses instruments à archets, petits et grands. Et puis tous deux chantent à pleins poumons. Un grand écran s’allume : un respectable grand-père s’y raconte dans la langue de Pirandello. Et puis ça repart parce que « clown est un métier », et que « nous sommes artisans du rire ». Des effets qu’on pourrait qualifier de spéciaux sont souvent plus que bienvenus. Et une voix d’enfant nous ravit. Celle de Sergio nous trouble et celle de Michael en fait tout autant. Ce spectacle est un cadeau. Il se donne à 19 h 30 le mercredi, ce jour où vous pourrez y accompagner votre gamin et votre gamine. Ne vous étonnez pas si en sortant de ces Déchargeurs il ou elle vous dit « j’aime le théâtre et puis c’est décidé je veux devenir acteur (actrice) ». Bien joué puisque nous citons : « Papa ne voulait pas que je fasse du théâtre, pour lui ce n’est pas un travail. Ça peut être un passe-temps… quand on a de l’argent ». A qui donner une petite fessée alors ?
Théâtre Les Déchargeurs, à 19 h30 le mercredi. Jusqu’au 16 avril. Réservation : 01 42 36 00 50.