24 mai 2014

Le cavalier seul, de Jacques Audiberti

Nouvelle mise en scène de Marcel Maréchal, avec Marina Vlady, Marcel Maréchal, Emmanuel Dechartre, Antony Cochin, Michel Demiautte, Mathias Maréchal, Céline Martin Sisteron, Julia Peres, Henry Valette.
Un fauteuil en plastique blanc et résolument moche, une toile de fond peinturlurée qu’on aurait pu récupérer dans un de ces ateliers d’artistes bobo et montmartrois où des jeunes femmes aux visages fermés faisant mine de… s’initient à la peinture et en font d’abord trois tonnes signant leurs œuvres en caractères gros comme ça. Tout peut commencer à basculer dans la dérision et l’absurdisme. Déboulent alors les comédiens, à commencer par Marina Vlady souverainement superbe dans sa robe moyenâgeuse et Marcel Maréchal son époux également en costume d’époque, puis le solide Emmanuel Dechartre et enfin six camarades. Deux d’entre eux dansent aussi voluptueusement que classiquement, d’autres font irruption, armes à la main : ça va tanguer. Ils roulent les mécaniques, brandissent des armes, parlent faux avec des accents plus qu’étrangers. L’absurde est la règle, Dieu soit loué puisque Dieu est également ce cavalier seul mais descendu de son cheval lequel n’a peut-être jamais existé : une selle est déposée avec mépris sur le plateau côté jardin. Théâtre du plus-qu’absurde, mais non pas forcément autiste. Puisque « y a d’la joie… bonjour bonjour (qui déjà ?) par-dessus les toits »… « Quat quat » ! Mais redisons que les comédiens sont délicieusement bons et heureux d’être sur scène. Et nous dans la salle.
Théâtre 14 jusqu’au 5 juillet. Représentations : mardi, vendredi, samedi à 20h30, mercredi, jeudi à 19 heures, en matinée samedi à 16 heures. Réservations : 01 45 45 49 77.