31 août 2014

Les combats d’une reine, de Grisélidis Réal

Avec Judith Magre, Elodie Bordas et Françoise Courvoisier. Adaptation et mise en scène : Françoise Courvoisier ; lumières : André Diot ; bande-son : Nicolas Le Roy, coiffures et maquillages: Arnaud Buchs ; archives : Igor Schimek. Une production du Poche Genève.
Genève 1993, soit Grisélidis Réal, écrivain, peintre et prostituée, laquelle : reine, comme son nom l’indique évidemment, était destinée à régner mais sur qui et grâce à quoi? Les combats d’une reine, si vous le lisez mal cela pourrait donner (pardonnez-nous) les cons bats d’une… On n’en est pas loin et puis l’humour helvétique est décapant. Donc la prostitution, soit le plus vieux métier du monde. Elles sont trois sur le plateau ; à jardin, une très jeune femme apparemment dans une prison où elle a été envoyée par qui et pour quoi ? Sa vie à venir se résume à la valise qui lui permettra de la poursuivre. Elle s’allonge parfois et gigote ses jambe mais on la sent honnête. A cour une autre jeune personne en tenue simple, les cuisses à l’air, comme le sont les jeunes personnes en petits shorts qui de nos jours arpentent les rues conscientes ou pas que nous avons envie de leur faire « guili-guili » comme à nos chers bébés qui auraient alors frétillé jusqu’à l’extase. Ce spectacle fourmillerait de « révolte » et d’« anti-conventionnalisme » et encore de «rage» de vivre etc. Et quant à « la pureté bouleversante de Grisélidis » Amen ! Et comme disait un certain J-C : « Que celui qui n’a jamais pêché leur jette la … » Aux Abbesses, nous étions à la première de ces combats et Dieu soit (encore une fois) loué, rien de cela ne se fera et vous admirerez Judith et son équipe, toutes les trois se goinfrant chacune dans sa cellule.
La Manufacture des Abbesses, jeudi, vendredi et samedi à 21 heures, dimanche à 17 heures. Réservations :
01 42 33 42 03 et manufacturedesabbesses.com.