20 septembre 2014

L’entrevue de Badajoz

Une pièce de Christian Morel de Sarcus
Avec Eliezer Mellul et Richard Fériot, mise en scène de Richard Fériot
Badajoz, en bas à gauche de la péninsule ibérique, à la frontière du Portugal est une cité où des monuments et bâtiments anciens et superbes réjouissent l’œil et l’âme. C’est là que se rencontrent dans une chambre d’hôtel pour gens de grande classe un père quinquagénaire en costume-cravate qui est fier de son franquisme et son fils (voyez l’un de ses fils puisque le père l’appelle de plusieurs prénoms), trentenaire aux cheveux mi-longs bouclés et à l’allure bohème : tenue négligée genre chemise sans cravate et pantalon de toile sans allure. Confrontation entre le géniteur franquiste irréductible et de la première heure et le garçon qui vient de participer à la Révolution des Œillets. On sent que cela sera houleux et passionné et que ça va durer. Aussi y aura-t-il plusieurs entractes. Le fils a reconnu qu’il entretenait une liaison amoureuse avec un camarade. Le père éructe. Tous deux se tombent dans les bras ou menacent de se battre. Le fils sort de scène, mais pourquoi ? Le père fouille les poches des vêtements qu’il a ôtés pour aller en coulisse endosser un joli peignoir. Et la confrontation reprend. On en est au combientième round ? Le garçon a fait mine de partir mais il revient encore. Tout cela pourrait n’avoir aucune fin. Eliezer Mellul est éblouissant dans le rôle du père intransigeant mais perturbé et au cœur si tendre, qui a eu des relations bouleversantes avec son épouse et les femmes de sa vie. Son partenaire, également responsable de cette mise en scène qui utilise habilement et même astucieusement les murs, escaliers et coulisses de la salle, est touchant. Quant à l’écriture de l’auteur, elle est une fois encore brillante. Son amour de la langue française et les exigences qu’elle implique font de cette pièce  un « must » : pardonnez-nous pour ce mot qu’il honnirait forcément. Pourquoi se terminerait-elle ? Parce que Franco vient de disparaître.
Théâtre du Nord-Ouest, jusqu’au 5 octobre. Voir dates et réservations au 01 47 70 32 75.