30 décembre 2014

Peer Gynt, de Henrik Johan Ibsen

Mise en scène de Diane de Segonzac. Avec Michaël Msihid, Marie Daude, Maryan Liver, Olivier Balu, Ludovic Coquin, Diane de Segonzac.
La pièce originale dure quatre heures ; faites confiance à Diane de Segonzac qui a pris le risque d’en offrir une version de deux heures pile poil mais qui est parfaitement digne d’être offerte aux amateurs d’Ibsen. Il est ici bien traduit avec plein d’humour parfois tendre, parfois plus corrosif, et la mise en scène est inventive. Sept comédiens jouent, surjouent et se caricaturent, mais le rythme reste lent dans un décor inexistant. Sur l’énorme scène il n’y aura qu’un fauteuil où la mère de Gynt, assise, s’endormira à jamais plus une gousse d’ail que le comédien principal épluchera religieusement et dont le sens vous échappera peut-être... Cette personne est successivement aux prises avec six camarades qui jouent plusieurs rôles chacun de manière brillante et spectaculaire, et chantent avec finesse. Les lumières sont nuancés avec drôlerie et Peer a souvent l’allure et le physique d’un joueur de football pas romantique mais peu importe. Peer Gynt, prononcez s’il vous plait « pire guinte », ce prénom sera souvent écorché au point de varier d’une prononciation à l’autre. Extra-terrestre semblant venir de nulle part, le personnage principal raconte ce qui lui passe par la tête, debout sur scène, se déplaçant de jardin à cour et inversement, et même derrière les colonnes de la salle, gentiment délirant. Parfois la musique introduit certaines scènes et les accompagne. Les autres interviennent, font leurs numéros mais Peer est touché parce qu’ils représentent une famille qu’il n’aura jamais. C’est le choix de Diane d’interpréter l’un deux, toute habillée de noir. Au salut on se rend compte de la performance de l’équipe qui nous a fait oublier le temps. Allez aimer Peer Gynt.

Au Théâtre du Nord-Ouest, Informations : 01 47 70 32 75 et www.theatredunordouest.com.