10 octobre 2015

Journal d’une femme de chambre, d’après Octave Mirbeau

Adaptation Philippe Honoré, mise en scène Philippe Person avec Florence Le Corre-Person et Philippe Person.
La pièce a été écrite en 1900 par un auteur tout juste quinquagénaire, ce qui à l’époque en faisait quelqu’un de plus que respectable, et dont les œuvres faisaient autorité. Philippe Person a décidé de l’exhumer en 1974 et de jouer les rôles de deux messieurs qui eurent pour domestique, et plus… cette Célestine. Elle est en jupe noire plutôt courte et ses jolies jambes vous raviront d’emblée. Quant à la domestique d’autrefois, elle était souvent recrutée pour que le bien-être de l’homme d’une certaine caste supérieure soit en tout satisfait. Ici ce serait plutôt une "femme dans une chambre" avec un monsieur, puis un autre. On vous épargnera une quelconque suite voire une fin aussi banale que sordide, même pas vaudevillesque. Merci à Philippe Person d’avoir tout rajeuni et surtout de tenir le rôle des deux messieurs, ces hommes si parfaitement normaux, n’est-ce pas ? Le décor est drolatique, les musiques jazziques, et vous sortez du Lucernaire le sourire aux lèvres. Disons une fois de plus que vous y avez été accueilli de façon charmante, ce qui pour nous est primordial au théâtre, lieu magique où nous rêvons donc existons vraiment.
Lucernaire, à 18 heures 30 du mardi au samedi jusqu’au 31 octobre. Réservations : 01 45 44 57 34.