08 décembre 2015

A Saint-Roch

Saint-Roch paroisse des comédiens, comédiennes et autres hommes et femmes de théâtre de la capitale mais aussi de la France entière, est située au cœur de Paris. L’église porte encore les stigmates d’une intervention vigoureuse du jeune général Bonaparte contre une rébellion royaliste. L’église baroque est plus que belle et les escaliers qui y mènent sont tout aussi gracieux que majestueux. Si nous tenons à vous dire cela, c’est parce qu’en ce début décembre, nous avons eu la joie et la grâce d’y être une fois encore conviés à célébrer le retour à Dieu d’un personnage fantastique, et avouons que ce qualificatif est ici plus que faible. Bernard Sinclair a été remarquable tout au long de son existence. Passionné par les talents dont il était pourvu, et reconnaissant envers le Créateur, il a constamment exercé les métiers de comédien, metteur en scène, mais également d’écrivain de théâtre. Sa pièce singulière et troublante « Les Mouettes d’Etretat », nous l’avions plus qu’aimée lorsque nous l’avions découverte au Théâtre du Guichet Montparnasse dont nous apprécions tellement la programmation et la manière d’accueillir les spectateurs. Pardonnez-nous pour cette parenthèse, mais pour nous c’est essentiel.
Nous étions à Saint-Roch pour dire au revoir et à bientôt à Bernard Sinclair dont toute la famille était là, mais également sa famille spirituelle et ses amis plus encore que ses admirateurs. Mais aussi les hommes et femmes qu’il a soignés et guéris, car c’était en même temps un médecin du corps autant que de l’âme. Et nous avons rencontré certains de ses patients qui nous ont raconté avec humour sa façon de leur faire comprendre et admettre ce qui leur arrivait et pourrait advenir.
Comme c’est la coutume à Saint-Roch, des amis très proches de Sinclair sont venus lui dire merci. Le premier d’entre eux fut Christian Morel de Sarcus, romancier, auteur de théâtre et de comédies. Ce qu’il a dit était beau. Lui a succédé Jean-Luc Jeener qui est à la tête du théâtre du Nord-Ouest, mais aussi l’auteur de « Pour un théâtre chrétien », un essai plus qu’intéressant sur son rôle aujourd’hui.
A la sortie de l’église Bernard est parti sous les applaudissements de tous.