28 février 2016

Dialogues d’exilés, de Bertolt Brecht

Mise en scène : Olivier Mellor, avec : Olivier Mellor, Stephen Szekely, Séverin Jeanniard, Romain Dubuis, Cyril Schmidt.

Dans cette salle Paradis où l’on se sent si bien parce qu’infiniment proches de la scène et carrément dans les bras des comédiens, un couple d’exilés trépidant et leurs camarades jouent tous d’instruments divers. Ce qu’ils se disent et ce qu’ils nous confient? On ne peut pas vous le raconter, c’est de la pseudo-métaphysique, des radotages plus que surréalistes, du bon sens violent mais toujours jubilatoire. Les deux personnages principaux ne le sont que très sporadiquement, tant sont présents leurs camarades qui leur donnent la réplique en permanence, et chantent… lorsqu’ils ne boivent pas de cette bière tirée des tonneaux posés çà et là sur la scène. Ah ! ces Germains à l’esprit si pratique et qui ne s’embarrassent pas de convenances alambiquées. Nos deux partenaires débattent de la vie, de la mort, d’un certain Adolf qui les turlupine eux et leurs familles. On reviendrait à une certaine case-départ parce que la philosophie, Dieu soit loué, n’est au bout du compte que cela.
Le rythme du spectacle est mieux que parfait, les déplacements souvent très rapides ce qui fait que le public en hoquète de rire. Vous avez dit : théâtre musical, quelle invention géniale ! L’un des deux dialogueurs empoigne aussi un micro et caricature ces chanteurs de rock que nous avons tant aimés et qui sont aujourd’hui arrière-grand-pères. Que dire de l’épisode où ils portent tous sur la tête des calots en papier du genre séance de bizutage ? Cependant le (ou les) message(s) passe(nt). Nous sommes heureux que ce spectacle donné pour la première fois il y a presque une demi-douzaine d’années ait rebondi de cette façon et atterri au Lucernaire où il faut que vous fonciez avec vos enfants, petits-enfants et leurs camarades de classe et autres copains et copines. Dites-leur aussi que « L’homme est bon, mais le veau est meilleur » selon Bertolt ! A votre tour de les voir ahuris et ravis.
Théâtre Le Lucernaire ; 53, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris 6ème ; du mardi au samedi à 21 heures. Réservations : 01 45 44 57 34 et lucernaire.fr.