18 février 2016

Jean- Paul II - Antoine Vitez, rencontre à Castel Gandolfo

De Jean-Philippe Mestre. Mise en scène de Pascal Vitiello ; avec Bernard Lanneau et Michel Bompoil.
Comme toujours au théâtre La Bruyère on entend passer le métro et curieusement ce bruit nous rassure car c’est celui de la vie, du sang qui circule, d’un cœur qui bat. Irrégulièrement certes, mais pourquoi pas ? Celui de notre pape polonais a bien failli s’arrêter de battre un certain 13 mai 1981 le jour de l’attentat dont il a été victime. Sur le plateau un écran géant sert de toile de fond sur laquelle apparaissent des lumières pâles, bleutées ou rosées. Le pape en blanc, comme il se doit, a des souliers rouges-cœur. Lui et son partenaire (Antoine Vitez en costume cravate) marchent, se rejoignent presque, arpentent la scène. On entend le chant des cigales, tendre contre-point du martèlement du métro devenu presque aimable. Les propos du pape montent en puissance, tandis que ceux de Vitez tournent en rond et il en vient à ôter ses lunettes devenues embuées. Il proclame qu’il est communiste et athée, donc intelligent et généreux. Les paroles du pape sont celles-là même qui ont été enregistrées en juillet 1988 lors de l’entretien qui a suivi une représentation privée de la Comédie Française à Castel Gandolfo. Ces nombreuses réflexions furent enregistrées par Jean-Philippe Mestre. Il lui vint alors l’idée à propos de l’échange entre le pape et Vitez, de se replonger dans l’œuvre écrite de chacun et d’imaginer un dialogue virtuel. Les répliques appartiennent donc bien aux deux protagonistes, mais « recomposées », permettant une confrontation sur différents sujets tels le Théâtre, l’Acteur, le Pouvoir, la Science, le Communisme, l’Église…
Jean-Paul II est joué par Bernard Lanneau, Vitez par Michel Bompoil. Ils sont excellents, allez les voir !
Théâtre La Bruyère, 5 rue La Bruyère, Paris 9ème. Du mardi au vendredi à 19h ; samedi à 18h. Réservations : 01 48 74 76 99.