02 juillet 2016

Marie Hasse

La petite fille espérance, c’est elle, Dieu soit loué ! Marie est sur scène dans un noir quasi- intégral, seule une bougie nous donne de la lumière, mais la façon dont elle dit les mots de Péguy nous illumine en permanence parce qu’elle les aime tous, l’un plus que l’autre et l’autre plus que le précédent ou le suivant.
Quelle rencontre ! Tout contre le Théâtre du Nord-Ouest où elle joue, met en scène et signe aussi la musique qui accompagne ce spectacle, mais s’il n’y avait que ça ! Cette dame est phénoménale avec un physique qui la destinait plutôt à jouer les soubrettes ou les jeunes femmes perdues, infiniment tchékhoviennes. Elle est un vrai monstre de scène. Elle nous raconte sa carrière déjà impressionnante ; elle sourit astucieusement et finement tout en vous écoutant.  Nous qui ne savons surtout pas que dire, assise en face d’elle à la petite table de ce café tout près du Théâtre du Nord-Ouest que nous aimons tellement, d’abord parce qu’il avoue être ‘ d’art et d’essai ‘… Ancienne formule, direz-vous ? Retour à la case départ, parce qu’en ces temps présents tout est loin d’aller bien et dans un sens réconfortant. Que voyez-vous venir messire Nostradamus ?
Théâtre du Nord-Ouest, 13 rue du Faubourg-Montmartre, Paris 9ème. Dates et réservations : 01 47 70 32 75.