08 mars 2017

Stavanger, d'Olivier Sourisse

Mise en scène de Quentin Defalt, avec Sylvia Roux et Thomas Lempire.

Qu’évoque pour vous Stavanger ? Un patronyme, un pays ? Une localité improbable du Sud-Ouest de la Norvège ensevelie une bonne partie de l’année sous la neige, mais qui n’aura pratiquement rien à voir avec la pièce.
Une démarche onirique où un homme et une femme au départ totalement étrangers vont s’acheminer vers des re-trouvailles dont on ne saura jamais si elles relèvent de la réalité ou d’une de ces curieuses occurrences qu’offre parfois l’existence. Récupéré sur une voie de chemin de fer où couché il attendait la mort, Simon est conduit par Florence à son domicile. Va s’engager alors un étrange dialogue bien conduit mais parfaitement inracontable. La mise en espace se situe entièrement dans l’habitation de Florence. La simplicité des lumières contribue grandement à créer une atmosphère inquiétante qui convient parfaitement aux échanges souvent glaciaux des protagonistes. Toute la pièce se singularise par une absence totale de chaleur et de véritable affection. Le texte est d’une langue classique mais parfois ponctué de mots un peu trop crus. Comme souvent aujourd’hui une sexualité affichée formate leurs cogitations par ailleurs sérieuses et originales. On aimera la conclusion un peu mystérieuse mais d’une vraie poésie.
Studio Hébertot, 78 bis Boulevard des Batignolles,  Paris 17ème ; jusqu’au 19 mars, du mardi au samedi à 21h et dimanche à 15h. Réservations : 01.42.93.13.04.